15 décembre 2006

Welcome to the real world, Mr. Annan

Kofi Annan abandonne enfin son poste de Secrétaire général des Nations Unies après dix ans d'échecs et de scandales successifs. Il a choisi le public nord-américain du Missouri pour donner son dernier discours officiel dans la Bibliothèque et Musée présidentiel Harry Truman, président des États-Unis et promoteur des Nations Unies. Il profita de l'occasion pour récriminer durement contre Washington pour avoir abandonné le multilatéralisme, laissé de côté la défense des droits de l'homme dans sa lutte contre le terrorisme et légitimé le recours à la violence pour son usage propre. De plus, il rappela aux États-Unis que chacun des États et chacune des organisations sont responsables de la sécurité globale et responsables de leurs actions au niveau international et national. Être responsable c'est, en définitive, ce qu'Annan dit avoir appris durant toutes ces années passée à la tête de l'ONU. C'est l'homme responsable de l'énorme fraude du programme « Pétrole contre nourriture » et d'autres cas de corruptions qui l'affirme.

Que Kofi Annan demande aux survivants du Darfour ce qu'ils pensent de la responsabilité et des droits de l'homme auxquels il se réfère. Depuis qu'en avril 2004, durant la commémoration du génocide ruandais, le Secrétaire général avisait la communauté internationale qu'il fallait faire quelque chose, y compris intervenir militairement si cela était nécessaire, pour freiner la plus grande crise humanitaire du monde, une seule chose est claire : entre 300.000 et 500.000 morts, 2,5 millions de réfugiés et une très dangereuse extension du conflit et de l'instabilité vers les pays voisins, Tchad et République centrafricaine. On ne sait pas trop ce qu'a appris Annan durant son mandat, mais il n'a toujours pas compris qu'il ne suffit pas de condamner les actes et de se plaindre des catastrophes humanitaires. Et que cela ne sert à rien d'envoyer une poignée de soldats africains sous-équipés. Ni même créer un tout nouveau Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies qui durant ses six premiers mois de vie a été incapable de consacrer une session au drame du Darfour.

Annan demande plus de responsabilité aux États en pointant un doigt accusateur vers les États-Unis. Mais l'Europe assume-t-elle une quelconque responsabilité ? Et la Ligue arabe ? Et Annan de se demander dans son discours dans le Missouri :

Vous, les Américains, avez fait beaucoup pour construire un système multilatéral effectif, avec l'ONU comme point central. En avez-vous moins besoin aujourd'hui, ou celui-ci a-t-il moins besoin de vous qu'il y a 60 ans ?

 

Mais qui a besoin d'une organisation dans laquelle plus personne ne croit ?

Commentaires

Qu'a réussi l'ONU ces dernières années ? Rien.

Qu'a raté l'ONU ces dernières années ? La Somalie, le Darfour, les Balkans, l'Erythrée, l'Iraq, etc, etc, etc...

Écrit par : Jesrad | 15 décembre 2006

Écrire un commentaire